JULES RAMON IN CANCHONS

nouveau CD de Jules Ramon "Ramintuve-te"
lundi 25 octobre 2010
par  Dziré

Reproduction de l’article de la Voix du Nord, édition de Saint-Pol sur Ternoise du dimanche 24 octobre 2010, par Alexis Degroote, saintpol@lavoixdunord.fr.

Pour Jean-Claude Vanfleteren, alias Jules Ramon, l’aventure patoisante commence véritablement dans les années 1970, à Frévent.

| LE VISAGE DU DIMANCHE |

Jean-Claude Vanfleteren, ça vous parle ? Pas forcément. Par contre, si on évoque Jules Ramon, c’est différent... Cela fait en effet plusieurs dizaines d’années qu’il fait parler de lui. L’artiste patoisant a de multiples talents : poète, chanteur, comédien... Un artiste qui « traîne ses guêtres » actuellement du côté de Saint-Georges, dans le studio de Patrick Thuillier, où il prépare son deuxième album. Silence, ça enregistre

C’est un peu par hasard que le patoisant et le musicien ont fait connaissance. La compagne de Jean-Claude habite Saint-Georges, à quelques dizaines de mètres de Patrick Thuillier. Un jour, il apprend que l’accordéoniste a aménagé un studio. Or s’il a déjà monté des dizaines de projets, Jules Ramon n’a toujours pas enregistré de CD. Il y a un peu plus d’un an, il franchit le pas. La collaboration entre les deux artistes fait merveille. Tellement qu’ils décident de remettre le couvert. C’est parti pour un nouveau CD ! Avec bien entendu des chansons en patois. Ou plutôt en picard. Car Jules Ramon aime être précis, lorsqu’il évoque le « biau parlache ». « Notre problème, c’est que la région a été coupée en deux, entre le sud Picardie et le Nord - Pas-de-Calais. Ici et là, on entend des gens qui disent, "c’est nous qui parlons le vrai patois". Mais le vrai patois, c’est une langue, c’est le picard. Quand j’ai fait des visites du beffroi d’Arras, c’était en picard, il faut oser le dire. » Cette langue, Jules Ramon y est attaché. « Je suis originaire d’un village près de Lille, Flers. Dans mon quartier, on parlait ce langage, même si mon père me l’interdisait... » À l’époque, Jean-Claude Vanfleteren, ne pense pas encore chansons, spectacles, théâtre... C’est vers l’Éducation nationale qu’il se tourne. Son premier poste, ce sera à Coudekerque-Branche, dans le Dunkerquois.
Ancien professeurà Frévent
Puis dans les années 1970, il débarque dans le Ternois, au collège de Frévent. Là où l’aventure commence... « J’avais des élèves qui utilisaient de temps en temps des mots en patois. Mais ne savaient pas d’où venait l’origine de ces mots. J’ai trouvé ça intéressant de leur expliquer, de trouver l’origine latine de certains mots ou expressions. À Frévent, j’ai commencé par animer un groupe de jeunes au Mille-club. On faisait du patois.
 » Assez rapidement, un premier spectacle est monté. Jean-Claude Vanfleteren reçoit même pour l’occasion le parrainage de Léopold Simons, une figure du Nord - Pas-de-Calais... « Ensuite, j’ai continué ce travail auprès des jeunes dans des zones urbaines », poursuit l’artiste. Notre homme se fait un nom, crée notamment le groupe « Jules Ramon et ches Camanettes ».
Aujourd’hui, il prend donc ses quartiers dans le studio d’enregistrement de Patrick Thuillier. Le musicien lui a même composé quelques morceaux. « Patrick amène une touche de nouveauté. Pour ce qui est des textes, j’en ai écrit les trois quarts. J’ai aussi des textes pas forcément connus de grands auteurs comme Desrousseaux qui a composé le P’tit Quinquin. C’est un album un peu plus nostalgique. J’y parle de mon village, ou encore de la tradition du café ou "d’el tripé" dans notre région. "El tripé", c’est le moment où on tuait le cochon, où tout le monde se réunissait. C’est complètement différent d’un apéro géant où personne ne se connaît. J’aime bien rappeler ces choses-là... » D’où le titre de ce futur album : Ramintuve-te , qui signifie « souviens-toi ». •


Agenda

<<

2018

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

L’unesco se penche sur le cas du ch’ti

samedi 4 juillet 2009

Sur le site de l’ Unesco un article sérieux et documenté sur notre langue régionale.

Pour lire rendez-vous sur :

http://portal.unesco.org/fr/ev.php-...

600 000 Euros

lundi 11 février 2008

Tout Boon’mint, eune court’lette histoire (tinsion ch’est vite féni)

- Six chint mil uros ! Six chint mil uros !
- Hein (*) ?

(*) hein en chtimi ça veut dire "Est-ce permis de jeter de la sorte l’argent du contribuable par les fenêtres ?"

Revoilà la Charte européenne des langues régionales.....

mercredi 16 janvier 2008

Dans le journal " Le Monde ", mercredi 16 janvier 2006 on trouve cet article :
CONSTITUTION
Les langues régionales s’invitent dans le débat sur la ratification du traité européen.
Les défenseurs des langues régionales souhaitent saisir l’occasion de la révision constitutionnelle préalable à la ratification du traité européen de Lisbonne pour permettre à la France d’adhérer à la Charte Européenne des langues régionales, signée le 7 mai 1999.
Deux amendements au projet de loi constitutionnelle discuté à l’Assemblée Nationale à partir du mardi 15 janvier ont été déposés, portant sur le même objet : lever l’obstacle à la ratification de la charte. Le premier émane d’une cinquantaine de députés UMP. Rédigé à l’initiative de Marc Le Fur (UMP Côtes d’Armor), il réunit les signatures de la plupart des élus de la majorité bretons – parmi lesquels Pierre Méhaignerie -, alsaciens, corses, catalans,…Le PS propose également un amendement, porté par les deus députés du Finistère Marylise Lebranchu et Jean-Jacques Urvoas.
Durant la campagne présidentielle le béarnais François Bayrou (MoDem, Pyrénées Atlantiques) s’était également prononcé pour la ratification de la Charte.

Patrick Roger

Note de Chtimi-Picard

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, signée à Budapest le 7 mai 1999, a été soumise à l’avis du conseil constitutionnel avant sa ratification.
Le conseil constitutionnel a rendu son avis le 15 juin 1999 par décision n° 99-412 consultable en ligne à
www.conseil-constitutionnel.fr/
decision/1999/99412/99412dc.htm
Par cet avis, il déclare la charte européenne des langues régionales ou minoritaires non conforme à la Constitution de la République.

Le Point Spécial Lille

mardi 14 février 2006

Le Point, dans son numéro « Spécial Lille » du 10 octobre 2003, consacrait un dossier au « chti » alias picard. Intitulé « la formidable résistance du patois du Nord », l’article est signé Nadia Lemaire. Il est encore consultable en ligne sur le site de l’hebdomadaire.

Sur le Web : Dossier du Point